Mes Valeurs

Devenir député n’avait rien d’évident pour moi. Né à Bordeaux, j'ai grandi dans le quartier populaire de Bacalan, entouré d’un père militaire de carrière et d’une mère coiffeuse. Issu d’un milieu modeste, siéger à l’Assemblée nationale était pour moi un rêve inaccessible. Il est pourtant devenu réalité en juin 2017 lorsque vous m’avez fait confiance pour vous représenter. 

Mon élection me confère une responsabilité, celle de porter votre voix à l’Assemblée nationale et de faire vivre la promesse républicaine qui m’est si chère. Souvent mises au second plan, l’éducation et la culture sont essentielles pour permettre à chacun de vivre libre et de se réaliser dans notre République. C’est la raison pour laquelle, j’ai eu à cœur de m’engager aux côtés du Ministre Jean-Michel Blanquer sur la loi École de la confiance pour donner à nos enseignants les outils pour innover, expérimenter et assurer une meilleure maitrise des savoirs fondamentaux à nos enfants. 

Au plus profond de moi, je ne supporte pas de voir des femmes et des hommes ne pas parvenir à s’épanouir, bloqués, enfermés dans des vies qui les rendent malheureux. C’est là que sont nés mes combats personnels les plus profonds : la lutte contre le déterminisme social et contre les discriminations, quelles qu’elles soient. Mes années de travail dans l’éducation culturelle m’ont convaincu que, par l’enseignement de nos valeurs, par la transmission de notre culture en particulier vers les plus jeunes, l’école de la République et les acteurs culturels offrent le sens dont nos vies ont plus que jamais besoin. Comme député, j’ai contribué à rendre ces principes concrets, en soutenant le plan Bibliothèques porté par Erik Orsenna et le pass Culture destiné à chaque jeune Français âgé de 18 ans. 

L’éducation et la culture sont une porte vers l’épanouissement personnel et professionnel, vers la citoyenneté. Ces dernières années, je me suis engagé pour donner toute sa place à la société civile en politique. C’est dans cette logique que j’ai cofondé en 2015 un laboratoire d’idées, Audace républicaine, engagé pour le non-cumul des mandats et le renouvellement des usages politiques. 

Je suis convaincu que la politique n’est pas une rente. Elle doit être de plus en plus accessible à chacune et chacun, femme ou homme, de toutes les origines, de tous les parcours. La politique n’est pas un métier. Elle est un moment de la vie, un mandat confié pour un temps donné par les citoyens en leur nom pour travailler dans l’intérêt de tous. Elle demande une exemplarité et, plus que tout, un véritable amour de la République, de ses valeurs, de ses principes. 

Ce sont ces valeurs républicaines que j’essaie de faire vivre dans mon travail parlementaire au quotidien, au sein de la Commission des LoisDès mon élection, j’ai eu à cœur de travailler sur un sujet essentiel pour les Français : la sécurité, car elle seule permet à la République de tenir, à notre démocratie d’exister, à nos droits et devoirs d’être une réalité. 

Je me suis beaucoup engagé pour que la sécurité soit un droit réel sur tout le territoire de la République, sans exceptions, en travaillant à l’Assemblée pour la création de la Police de sécurité du quotidien et des Quartiers de reconquête républicaine qui s’appliquent aujourd’hui dans plusieurs communes de Gironde, comme dans le quartier de Bordeaux Maritime (Bacalan-Les Aubiers-Bassins à flot). Dans notre circonscription, j’ai travaillé dès 2017 avec le Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour offrir à nos policiers de Mérignac des conditions de travail dignes. Un nouveau commissariat verra prochainement le jour grâce à la mobilisation des services de l’État. Renforcer les moyens de la police et de la gendarmerie pour qu’elles puissent mieux faire leur travail est important, leur donner des outils pour combattre la délinquance l’est tout autant. En janvier 2018, j’ai publié avec mon collègue Robin Reda un rapport parlementaire appelant à mettre en place une amende forfaitaire délictuelle pour usage de stupéfiants. Les drogues consommées en 2020 sont bien plus néfastes pour la santé, en particulier pour les jeunes, que les drogues des années 1980. S’attaquer à leur consommation est un enjeu de santé publique. Aux côtés des différents Ministres de l’Intérieur, je me suis engagé pour faire de cet outil une réalité. Après une expérimentation dans plusieurs villes de France, l’amende forfaitaire délictuelle pour usage de stupéfiants que j’avais préconisée a été généralisée sur tout le territoire le 1er septembre 2020.

Le respect des valeurs républicaines passe aussi par le respect de la laïcité, cette liberté qui permet à chacun de croire ou de ne pas croire, et de s’épanouir dans notre République. Ce principe essentiel est aujourd’hui attaqué par l’islamisme politique et ses combattants, ciblant nos dessinateurs, nos professeurs ou nos jeunes attablés en terrasse, écoutant un concert ou assistant à un match de football. En juin 2019, avec mon collègue Éric Diard, nous avons publié un rapport parlementaire sur la radicalisation dans les services publics. Face à ce phénomène nouveau, nos services publics, nos forces de sécurité, notre école s’adaptent et apprennent à agir. Des zones d’ombre persistent dans nos prisons, nos transports publics, nos hôpitaux, nos universités, nos associations sportives. Pour les aider à faire face à cet enjeu, je m’investirai en début d’année 2021 sur le projet de loi confortant les principes républicains, voulu par le Président de la République.

Cet attachement à la République passe enfin, évidemment, par le souci de moderniser notre fonction publique, d’adapter notre administration de l’État pour faciliter vos démarches. C’est dans cet esprit que j’ai travaillé aux côtés du Ministre Olivier Dussopt sur la loi de Transformation de la fonction publique en 2019 pour simplifier, décloisonner, rendre plus simple et réactive notre administration. Dans les prochains mois, je poursuivrai ce travail aux côtés de la Ministre Amélie de Montchalin pour renforcer l’égalité des chances dans la fonction publique et auprès de la Ministre Jacqueline Gourault pour développer nos services publics au plus près de vous. Je n’oublierai jamais que le service public est le patrimoine de ceux qui n’ont rien.

La République ne distingue pas ses enfants. Jamais. Quelles que soient leurs origines sociales, géographiques, ethniques ou leurs appartenances sexuelle ou religieuse. Elle leur offre une promesse républicaine, celle de pouvoir s’élever en ayant accès à une éducation de qualité et à la culture dans une société sûre, dans une démocratie défendant nos principes. C’est pour me battre pour cet idéal que j’ai souhaité devenir député de la Nation et vous servir du mieux que je le peux, pour défendre notre République, nos valeurs, et permettre à chacune et chacun d’avoir les meilleurs outils pour bâtir sa vie.