Inauguration de la « B-line », nouvelle ligne de production des tuyères d’Ariane 6 et Vega-C au Haillan

Mon discours à l’occasion de l’inauguration de la « B-Line », nouvelle ligne de production des tuyères des lanceurs européens Ariane 6 et Vega-C :

Monsieur le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine,
Monsieur le Président de la Métropole,
Monsieur le Président d’ArianeGroup,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,

Il y a tout juste un demi-siècle, l’un des plus célèbres films réalisés par Stanley Kubrick, 2001 l’Odyssée de l’espace, sidérait le grand public. Le scénario partiellement inspiré d’une nouvelle d’Arthur C. Clarke plongeait une génération tout entière dans les visions hyperréalistes d’un futur possible. Origine et évolution de l’humanité, intelligence artificielle, signes d’une antique présence extraterrestre, vaisseau futuriste voyageant dans le Système solaire, autant de thèmes et d’effets spéciaux révolutionnaires pour l’époque, qui célébraient le basculement rêvé vers un nouveau millénaire.

Et aujourd’hui c’est la réalité d’Ariane 6 qui nous sidère. Car Ariane 6 c’est à la fois l’espace de 2020 (année prévue pour le lancement) et la planète Terre d’aujourd’hui, ici, sur le site du Haillan, où nous sommes réunis ce matin pour l’inauguration de la « B-Line », nouvelle ligne de production des tuyères des lanceurs européens Ariane 6 et Vega-C. L’espace de 2020, c’est donc aujourd’hui ! Et ici, au Haillan !

Un événement majeur qui me conduit à vous féliciter, Monsieur Charmeau, ainsi que l’ensemble des collaboratrices et des collaborateurs qui ont contribué à ce fabuleux résultat, et vous dire combien je me réjouis de voir cet aboutissement.

C’est non seulement en tant que député de la circonscription, mais aussi en tant que Vice-Président du Groupe d’études « Industrie de la Défense » à l’Assemblée nationale, et membre du Groupe d’études « Aéronautique et Spatial » à l’Assemblée nationale, que je porte un regard attentif au développement du patrimoine industriel de la région Nouvelle-Aquitaine, dont ArianeGroup est l’un des représentants les plus emblématiques.
Son implantation au Haillan et la signature du partenariat 2018-2022 avec la région Nouvelle-Aquitaine contribuent à faire de notre région, un territoire phare dans le domaine de l’aérospatial, non seulement au niveau national mais aussi dans l’Europe des régions.

L’avenir des prochaines décennies dans l’espace s’impose comme LE sujet majeur de préoccupation des acteurs européens du domaine, je l’ai bien compris et j’y suis extrêmement sensible. Les principaux événements spatiaux de ces dernières années sont des programmes initiés et décidés en Europe… il y a quinze ans déjà. Donc, 2020-2030-2050 se décide maintenant. L’Europe, l’espace de 2050, c’est donc aussi aujourd’hui !

Le feu vert donné par l’Agence spatiale européenne pour la poursuite du programme Ariane 6 a été un signe de reconnaissance de la qualité du travail du groupe industriel français. Cependant, l’entrée en scène, dans ce jeu complexe d’acteurs internationaux publics et privés, de nouvelles sociétés qui imposent un modèle LOW COST tend à déstabiliser son organisation, et donc les intérêts européens.

Très rapidement, côté industriel, une nouvelle organisation s’est mise en place au niveau européen pour faire face à la concurrence, ce que je tiens à saluer.
Mais l’Europe doit parallèlement elle-même défendre ses intérêts et développer une vraie gouvernance européenne du domaine aérospatial. Dans ce sens, la volonté européenne de notre Président de la République Emmanuel Macron est une réelle opportunité pour renforcer la coopération industrielle européenne et fédérer des Etats membres autours des lancements spatiaux. Car l’Europe ne doit pas rester une idée, elle doit se concrétiser dans nos territoires à travers des projets comme ceux d’ArianeGroup pour porter nos ambitions et nos valeurs.

Challenger les choix technologiques ne doit pas faire oublier que le marché repose sur la volonté des acteurs institutionnels. Les Européens doivent là aussi être au rendez-vous.

Et pour bien saisir l’importance de ces enjeux, il faut se souvenir que le mot espace est pluriel. Il regroupe en effet des destinations et des intérêts bien différents : c’est l’indépendance de l’accès aux orbites avec des lanceurs ; la construction et l’exploitation de satellites commerciaux ; la surveillance de la Terre ; l’espace militaire ; l’exploration scientifique du Système solaire et de l’Univers ; ou encore le vol habité…

Préserver l’accès des Européens à l’espace et rester compétitif sur le marché des lancements de satellites est essentiel, et toute l’énergie nécessaire pour y parvenir est déployée par l’ensemble des acteurs publics et privés impliqués. Cette inauguration en est le témoignage.

Soyez donc assurés de mon plein soutien dans la poursuite de vos efforts dans ce sens Président Charmeau, et des efforts de vos équipes, composées de femmes et d’hommes passionnés, vers toujours plus d’innovation, d’excellence technologique, en matière d’accès à l’espace civil et militaire.