Lancement de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ)

08 février 2018

Au lancement de la Police de Sécurité du Quotidien, la PSQ, avec Gérard Collomb, Ministre de l’Intérieur, les représentants de la Gendarmerie nationale et de la Police Nationale.

5 axes pour une nouvelle stratégie !

info PSQ
Une politique que je soutiens avec force car il s’agit d’une véritable révolution, de pratiques, de culture, de méthode.

info PSQ 2info PSQ 3

Le quartier Bordeaux maritime fera partie des 60 quartiers de reconquête républicaine en zone Police et tout le département de Gironde fera l’objet d’un accompagnement renforcé en zone Gendarmerie.

Parmi les 55 mesures qui vont être prises dans le cadre de la mise en place de la PSQ, certaines vont révolutionner la Police et la Gendarmerie :

  • la création de 60 quartiers de reconquête républicaine, dont le quartier Bordeaux maritime, afin de permettre à la République de reprendre ses droits dans les quartiers difficiles ;
  • l’accompagnement renforcé de 20 départements ruraux et périurbains de gendarmerie, dont la Gironde, pour donner plus à ceux qui ont moins ;
  • la création de 250 unités de contact de gendarmerie, dont plusieurs en Gironde, pour faciliter le dialogue entre les Français et les forces de l’ordre ;
  • l’équipement des agents d’outils connectés pour gagner du temps sur le terrain ;
  • la forfaitisation de certains délits et la réforme de la procédure pénale pour permettre aux forces de l’ordre de se concentrer sur leurs tâches essentielles.

Si la mise en place de ces mesures phares est aujourd’hui possible, c’est parce que le Parlement a consenti à donner les moyens de ses ambitions au gouvernement. 10 000 postes de policiers et de gendarmes seront créés au cours du quinquennat.

La Loi de finances pour 2018, que les parlementaires ont votée en décembre dernier, permet la création de 2000 emplois supplémentaires sur le terrain.

Les moyens de fonctionnement et d’investissement des forces de sécurités seront également revus à la hausse :

  • 1,5 milliard d’euros investis dans l’immobilier, dont 5,4 millions à Mérignac dans la 6e circonscription de Gironde,
  • et 1,5 milliard d’euros investis dans l’équipement.